FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes Origines, forum de discussion général. 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 
Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Origines, forum de discussion général. Index du Forum -> Salon détente -> Théâtre Rôle Play

Colin Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 350
Localisation: Derrière son ordinateur
Masculin Verseau (20jan-19fev) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 00:33:15 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 
Vous voici dans la bibliothèque du village. Bien que ce dernier fut vide de ses habitants, et calciné par le feu, le bâtiment gardien des livres est toujours intact.
Alors que vous vous approchez d'un livre, la couverture de se dernier se tourne et vous permet de lire ces quelques lignes...

Il y a fort longtemps, lorsque selon les légendes les chevaliers affrontaient encore les démons, et que les paysans se faisaient massacrer par des hordes de monstres sans visages existait une confrérie. Cette confrérie, loin d'être noble dans l'âme, vénérait les démons, gardait "leurs" terres, pillait les villages, violait les femmes et les enfants, massacrait les valides.
Dans cette armée de soldats au cœur vil se trouvait un seigneur de guerre particulièrement cruel. Il faisait ouvrir le ventre de ses victimes, pour sortir les tripes devant les yeux de la personne agonisante, il arrachait les membres de ses cibles lentement, à l'aide d'une pointe qui se trouvait sur l'anneau qu'il portait à l'annulaire de la main gauche.
Cependant à la fin de sa vie, il eut un enfant d'une relation douteuse. Une fille, qu'il torturait. De cette enfant il arracha un bout de peau dans son dos, et s'en servit pour confectionner les cordes d'une harpe.
A la mort de ce seigneur, sa fille qui n'avait connu que douleur et démence poursuivit l'œuvre de son père, conservant toujours la harpe contre elle. Certains disaient même qu'elle jouait de l'instrument maudit, fait de sa peau, lors des batailles. Elle aussi eut un enfant. Cependant, alors qu'elle portait la chair de sa chair en son sein, un sentiment nouveau apparut dans son esprit. Un soir qu'elle allaitait le jeune fils, elle fut attaquée, et dans sa chambre ses ravisseurs la violèrent, sous les yeux emplis de larmes du jeune héritier.
Un jour, alors qu'il entrait dans l'âge adulte, il fut blâmé par ses ainés de la confrérie qui se moquaient de la situation de sa mère, qui n'était qu'un jeu sexuel pour les autres seigneurs. Le jeune homme ne put tenir plus d'une journée, et il prit la fuite, emportant avec lui un collier de cheveux tressés et la harpe que sa mère lui avait confié.
Plusieurs générations on passés depuis la fuite de l'enfant, la confrérie à depuis lors disparut.
Cependant, lorsque l'on voit ce chevalier, portant un collier de cheveux noir ébène, et une harpe sur laquelle sont sculptés des femmes hurlantes et des démons, les quelques uns qui connaissent la légende pense à cette confrérie.
Dalrog, le chevalier à la harpe.


Que décidez vous? poursuivez vous la lecture, ou bien en restez vous là?


[HRP]

Je préviens tout de suite, ce texte ne suis pas la logique plutôt guillerette des autres RP, il s'agit d'une ambiance bien plus tortueuse, et sinistre.
Il peut y avoir plusieurs personnages, cependant pour le début il n'y a qu'un lecteur, qui choisit ce qu'il fait, mais qui doit laisser une ouverture possible pour d'autres personnages, merci.

[/HRP]
_____________________
Règles du forum
Pour toutes questions


Dernière édition par Colin le Lun 22 Déc - 02:49:23 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Déc - 00:33:15 (2008)    Sujet du message: Publicité
 
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

ValDCX Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 369
Localisation: Nîmes
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 02:25:56 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 
Le jeune homme se tenait debout dans la bibliothèque. L'ambiance sinistre pesait,
mais le garçon restait imperturbable. Soudain, un livre s'ouvrit. Le jeune homme,
pensant à un signe, survola quelques lignes effrayantes avant que les pages ne
continuassent à se tourner seules. Le garçon posa alors une main sur l'ouvrage
et entreprit de continuer sa lecture de manière plus approfondie.
_____________________
L'amour pour épée, l'humour pour bouclier!


Revenir en haut

Colin Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 350
Localisation: Derrière son ordinateur
Masculin Verseau (20jan-19fev) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 02:47:19 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [16+, Descriptions à caractères sexuels et violents]
 
Les pages se mirent à montrer des écrits terrifiants.


Dans la noirceur des hauts monts de ce bas monde vit une créature hideuse. Aussi grande que les montagnes, aussi vieille que les ruisseaux. Ce monstre de chair pourrissante aux allures de bête désincarné se tenait sur deux pattes, possédait deux bras. Tel les hommes qui foulent notre terre elle sait parler, mais sa cruauté n'a aucune limite.
Un jour de la période ou les feuilles flétrissent et tombent en cascade rougissantes, cette période qui préface le temps des froids et des vents gelées, la créature se leva de ses tavernes obscures et alla dans un village. Dans ce village se trouvait une jeune femme, dont on disait qu'elle était la merveille de ce monde. Lorsque la créature arriva, tout le monde se terra chez lui, les enfants pleuraient de peurs, les adultes se cachaient sous leurs lits, les nourrissons s'étouffaient, personne n'osait regarder au dehors, personne n'osa s'approcher de la porte ou des fenêtres de sa bâtisse.
Mais le monstre savait ce qu'il voulait, il arrachait le toit de la maison de ses mains brulées, il entrait dans la chambre, prit la femme par un pied, et la trainait sur le sol. Il la traina dans la poussière du village, ses cheveux s'emmêlaient à la boue, son visage était enlaidi de terre. Mais malgré cela, aucun homme courageux, aucune femme vaillante ne lui vint en aide.

La créature emmena la femme dans ses cavernes, et il entreprit de la violer, grattant de ses ongles noircis la peau rosée de la dame, provoquant des douleurs affreuses, et déchirant ses membres. Lorsque la créature eut fini de profiter de la femme, il l'attacha, nue, à une chaine en fer qui lui servait de laisse. Il trainait la femme qui, bien qu'elle eut résisté dans un premier temps, s'abandonna aux sévices diverses du tortionnaire. Elle mangeait de la viande à même la terre, faisait ses besoins près de sa paillasse, vivait sous les ordres du monstre.

Ce fut ainsi pendant longtemps, et les villages alentours entendaient les cris de douleurs de la dame qui résonnaient sur les parois des grottes.

Un jour, au temps des feuilles mortes de l'année suivante, on vit une créature balafrées de toutes part, la peau arrachée, ruisselante de sang, nue, les cheveux gras et sales, la peau salis par toutes les horreurs possibles. La femme avait pu revenir au village. Elle tenait dans ses bras un bébé, une fille, monstrueuse de laideur. Ses cheveux poussaient tels des ronces, sa peau était en lambeaux, ses yeux se trouvaient être d'un blanc palpable, et son corps était squelettique.
Face à la vision d'horreur, les gens du village rejetèrent la mère et l'enfant, qui s'isolèrent au loin, mais la femme mourut alors que sa jeune fille n'était point en état de marcher.

La nature eut cependant pitié de l'enfant, et envoya un chevalier qui rentrait, seul, d'une longue campagne, sur le chemin de la taverne ou la mère venait de mourir. Le chevalier aux allures nobles vit l'enfant, et le pris avec lui.
Il l'éduqua pendant plusieurs années, et s'occupa de lui, la fille grandit avec les manières de la cour, et le savoir des nobles, mais son apparence conservait la marque de son père, la créature qu'on eut su si ce n'était un démon.
L'enfant, Servilon des bois.


La lecture avait comme hypnotisée son lecteur. L'horreur se lisait dans les yeux de la personne, qui voyait dans sa tête les images qui étaient écrites...

_____________________
Règles du forum
Pour toutes questions


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

ValDCX Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 369
Localisation: Nîmes
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 02:56:31 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 
Le jeune homme demeurait paralysé devant ce qu'il venait de lire. Du livre
émanait une sorte d'aura qui retenait le lecteur, et le garçon ne put détacher son
regard une seule seconde du papier jaunis par le temps. Il poursuivit sa lecture,
désireux de connaître la suite de l'histoire qui, songea-t'il, pouvait être le passé
de son monde.
_____________________
L'amour pour épée, l'humour pour bouclier!


Revenir en haut

Colin Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 350
Localisation: Derrière son ordinateur
Masculin Verseau (20jan-19fev) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 03:34:13 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [16+, Descriptions à caractères violents et psychologiquement instable]
 

Alors que les pages tournent à nouveau, un passage assez étrange se dévoile devant les yeux du jeune homme. La pièce semble devenir plus pesante, le silence se fait oppressant, malgré la forte lumière filtrant des vitraux, la peur se trouve en cette pièce. Une page d'un livre tombe dans la bibliothèque. La page tombe sur le livre. Sur la page est conté une histoire simple, lorsque soudain cette dernière s'enflamme d'un feu rosâtre, pour laisser le livre sur le présentoir en vue.


Au plus profond d'une église perdu dans les vallées infinies, se trouvait un prêtre. Ce prêtre, comme ses congénère vivait simplement, se contentant de ce que la nature lui offrait. Ses confrères de l'église cependant ne lui parlaient pas, ne venaient pas aux messes, ne participaient pas aux taches du lieu sacré. Cependant la bonté du bonhomme faisait qu'il s'occupait de tout, seul, sans rien rechigner, sans se plaindre.

Malgré tout cela, cette communauté pour le moins étrange, un jour arriva ou l'homme d'église vit les autres hôtes converger vers la chapelle. Pensant que ces derniers allaient prier, il les suivit.

Ce qu'il vit était bien loin de son imagination. Les aubes de tout les moines étaient noires, et lorsqu'il entra, une goute de liquide tomba sur son front, relevant la tête, il s'aperçut que le plafond était couvert de cadavres. Adultes et enfant, hommes et femmes, valides et invalides, tous pendaient lamentablement, écorchés, les organes à l'air, le cœur retiré, les yeux arrachés. Le sang pleuvait sur l'assemblée. Au centre des hommes vêtus de noir se trouvait une femme, la dernière survivante du village. Posée sur un autel, des hommes tournaient autours. La violant par tout les moyens possibles, de toutes les façons imaginables, investissant tout les orifices, caressant le buste, léchant le ventre.

Soudain, comme si cela avait été ordonné, tout les membres de cette assemblée se s'arrêtèrent, le prêtre était paralysé d'effroi, mais tenta de s'opposer à ces actes, pour toute réponse il reçut un coup en plein visage, et fut assommé.

La procession se poursuivit, celui qui semblait diriger le rituel s'empara d'une longue dague à la lame courbée. Il trempa son doigt dans de l'encre, et traça des lignes sur le corps inanimé mais vivant de la dame. Une fois la besogne terminée, il leva son arme, et se mit à trancher le long des lignes. Il découpa les oreilles, le nez, les lèvres, pour commencer, puis il reposa le couteau, en prenant cette fois ci du fil et une aiguille. Il ferma les trous qui menaient aux tympans, cousu l'emplacement du nez, ferma la bouche grossièrement à l'aide des fils, et puis enfin il obstrua les paupières en fermant les yeux avec l'aiguille et le tissu.

Soudain le prêtre se réveilla, tout de suite les membres de cette sabbat s'emparèrent de l'homme et le guidèrent. Ils le forcèrent à voir le visage défiguré de la victime du rituel, avant de trancher la tête du religieux, déversant son sang sur le corps nue de la femme.

Le maître du rituel repris le couteau, passa sa langue dessus, goutant le sang à peine séché de la dame, puis se mit à trancher le reste des lignes. Malgré les blessures, la femme vivait encore, une force malsaine émanait d'elle.

Soudain, elle se leva, sa peau se troua, ses mains perdirent leurs chairs.

L'assemblée acclama, avant de mourir, tout ses membres ayant fini par vomir tout leurs organes internes, forcés par le pouvoir du démon qui habitait dès lors la victime du rituel. La créature pris le corps du prêtre qui avait la tête tranchée, et débuta un festin, dévorant le cadavre à l'aide d'une bouche qui s'était formée sur le ventre.

Le démon dévora ainsi pendant un bon moment, puis accrocha les corps des derniers moines aux crochés restés vide au plafond, rejoignant ainsi les cadavres des villageois.
Ainsi est descendu sur terre Deros, le dévoreur des mondes


Le froid se mit à arriver dans la pièce, malgré la saison dans laquelle le protagoniste se trouvait...


_____________________
Règles du forum
Pour toutes questions


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

ValDCX Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 369
Localisation: Nîmes
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 03:56:26 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 
Le garçon était horrifié devant de tels écrits. Il n'avait peur que de peu de choses,
mais l'ouvrage qu'il tenait entre ses mains le fit frissonner de terreur. Les yeux
exorbités, il fixait le livre, avec toujours plus de dégoût et d'horreur. "Comment
un simple récit peut-il me faire cet effet là?" se demandait-il, terrorrisé.
Il lui était impossible de détacher le regard du livre qui parraissait cruel et vil.
Soudain, une bourrasque de vent glacial s'engouffra dans le lieu, faisant danser les
pages et virevolter la longue chevelure noire du garçon.
_____________________
L'amour pour épée, l'humour pour bouclier!


Revenir en haut

Colin Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 350
Localisation: Derrière son ordinateur
Masculin Verseau (20jan-19fev) Membre très actif

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 14:46:58 (2008)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 

Alors que le jeune continuait à lire, les murs du bâtiments commencèrent à suinter de sang. Le plafond se mit à s'illuminer de mille bougies.


Dans les forêts éternelles les peuplades vivaient en paix. Dans l'un des villages perchés se trouvait un jeune homme. Entrant dans l'âge adulte, il se mit à chasser avec son père et son frère.

Ce jour là qu'il guettait sa proie, une voix le fit sursauter. Cette dernière lui annonçait sa mort...

"Vois le temps qui te prend dans ses bras infinis,
La mort s'approche silencieusement de toi,
Les temps de paix vont s'avérer être finis,
Soit enveloppé dans un grand tissus de Soie."

Effrayé par la voix gutturale qui semblait venir des entrailles de la terre, il sursauta, se retourna nerveusement, observant la forêt silencieuse. Le soleil perçait pleinement les cimes des arbres mais l'atmosphère pesait. Il se mit à marcher en direction de son village, mais alors qu'il croyait l'atteindre il arriva dans une clairière verdoyante. La lumière du jour éclairait l'endroit, et au centre du cercle de verdure se trouvait une pierre rectangulaire, suffisamment grande pour servir de lit à un nourrisson. Le chasseur s'approcha de la dalle et alors qu'il effleurait le granit ouvragé la voix retentit à nouveau dans son esprit.

"Où que tu veuilles aller tu ira mourir,
Seul sans aucune envie et sans aucun désir,
Ton seul destin est de nous offrir ton corps,
Loin de chez toi et de ton village en dehors."

Cette fois ci le jeune homme n'en pouvait plus, et malgré l'angoisse qui le saisissait il tenta de crier, cependant aucun son ne sortit de sa gorge qu'une exclamation suraigüe.

Il se tournait nerveusement à la recherche d'une personne, quelqu'un qu'il pourrait accuser d'être la voix, cependant il ne trouva personne. Alors qu'il s'apprêtait à partir, une flopée de corps sans yeux apparut dans la lumière de la clairière. Ces visages sans regard fixaient de leurs orbites vide et noire le chasseur, qui s'affala par terre à cause de la vision. Il reconnut parmi les personnes sa promise, sa famille, ses amis, aucun ne possédait d'œil, et pourtant dans l'infini noir des orifices oculaires il sentait le regard de la voix.

C'est alors que les corps sans regards se mirent à se décomposer, les lambeaux de chairs tombant au sol, le sang coulant à flot, la clairière fut empourprée. L'homme sylvestre tourna de l'œil, s'abandonnant à un sommeil tortueux.

A son réveil, il n'était plus le même. Il était une bête.

Ainsi apparut Jarchen, la bête aux milles yeux.


Un cri retentit dans la bibliothèque puis s'évanouit dan les profondeurs du bâtiments...


_____________________
Règles du forum
Pour toutes questions


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sayle Répondre en citant
[Administrateur]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 297
Masculin Cancer (21juin-23juil) Membre très actif

MessagePosté le: Mer 7 Jan - 18:05:02 (2009)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 
Sayle Valdean se trouvais dans un petit bois. Comment est-il arrivé là ? Tout simplement en se promenant. Sa maison, c'est dehors. En effet, il n'a pas de famille et pas d'habitat.

Il sentait une odeur de brûlé, quelqu'un se trouvait dans les parages sûrement. Mais, en vérité, c'était tout un village qui avait brûlé. Il s'approcha en tâchant d'avité les flammes et les cadavres. Un seul bâtiment restait intact au milieu des flammes, une bibliothèque semblerait-il... Le jeune homme aux cheveux blancs entra dans le bâtiment, son épée toujours dans sa main, cette épée qu'il avait nommé Tatsu et sur lauqelle un dragon d'or était rgavé, sur le fourreau et sur la lame.

Il monta les marches et arriva dans la pièce qu'il pensait vide. Cependant, un jeune homme se trouvait là, plongé dans un livre, il ne semblait même pas l'avoir remarqué. Il regarda autour de lui, rien n'avait été endommagé, c'était étrange. Pourquoi seule cette bibliothèque avait-elle survécu à... l'incendie ? Etait-ce réellement un incendie ?

Il s'approcha due la personne et lui posa la main sur l'épaule.


Que s'est-il passé ici ?
_____________________


"Le but d'une guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que l'ennemi meurt pour le sien."


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:20:14 (2018)    Sujet du message: Ainsi fut le monde... [12+, Descriptions violentes] [16+, Caractères portant à la sexualitée]
 
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Origines, forum de discussion général. Index du Forum -> Salon détente -> Théâtre Rôle Play
Page 1 sur 1

Choose Display Order
Montrer les messages depuis:   
User Permissions

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Skin Created by: Sigma12
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com